Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


COEUR DE FEMMES

home-cdf-logo.jpg
Qu’est-ce que c’est ?

Un cœur à cœur avec les femmes de l’Église persécutée… car qui mieux qu’une femme peut comprendre une autre femme ?

Une approche spécifique
Dans de nombreux pays, des milliers de femmes souffrent à cause de leur foi en Jésus. Pour elles, chaque jour est un combat contre la peur, la souffrance, l’injustice et la misère. Elles luttent pour garder espoir et réagissent avec beaucoup de foi et de courage.
Portes Ouvertes a pris conscience de la spécificité de leurs besoins en tant que femmes persécutées. De ce constat est né le ministère Cœur de femmes qui est à l’œuvre dans plusieurs pays (voir la page projets pour des exemples d’actions spécifiques femmes ) depuis une dizaine d’années.

Un pont entre les femmes d’ici et de là-bas
En France et en Belgique, Cœur de Femmes veut être un pont entre les femmes d’ici et de là-bas. Nous voulons impliquer les femmes libres de vivre leurs droits et de pratiquer leur foi dans le soutien de ces chrétiennes persécutées et méprisées. Et nous voulons également nous laisser encourager par leur endurance dans l’épreuve et leur persévérance dans la foi. Leurs témoignages peuvent changer nos perspectives et transformer nos vies !

Un réseau d’ambassadrices
Cœur de Femmes s’appuie sur un réseau d’ambassadrices bénévoles dans les régions. Chacune organise localement des rencontres à domicile entre femmes : des temps pour s’informer sur la situation des femmes dans d’autres pays du monde, pour partager autour de la Bible, pour apprendre des chrétiennes persécutées et pour agir et soutenir ces femmes trop souvent oubliées.

Rejoignez nous

  • En vous inscrivant à la lettre de nouvelles Cœur de femmes,
  • En invitant une ambassadrice de votre région
  • En devenant vous-même ambassadrice !

Asie centrale : son mariage passe de l’horreur au bonheur avec Jésus

Le mariage d’Oksana a rapidement tourné au cauchemar... Mais Jésus lui-même est venu transformer les cœurs.141219CDF300.jpg

« Je me suis mariée très jeune, j’avais à peine 17 ans et mon mari, Akram, 18. Nous avons eu notre premier enfant très rapidement, mais je ne savais pas du tout comment m’occuper d’une famille, j’étais assez désemparée. Quand ma belle-mère a quitté notre foyer, mon mari a commencé à boire, il est devenu violent, et il me battait souvent, même lorsque je me suis retrouvée enceinte de notre deuxième enfant. Heureusement ma fille est née en bonne santé, mais il a commencé à s’en prendre à mon fils ainé, qui avait seulement 5 ans. Cette situation a duré près de 11 ans. Mes enfants étaient terrorisés lorsque leur père rentrait ivre le soir. Alors, un jour, j’ai pris ma décision : j’ai demandé le divorce. »

Accueilli à coups de hache !

Le mari d’Oksana est alors retourné vivre chez ses parents, mais, alors qu’il rentrait ivre un soir de plus, son père furieux l’a accueilli à coups de hache ! Akram s’est retrouvé à l’hôpital, avec comme voisin de chambre un chrétien qui lui a parlé de Jésus. Mais il ne voulait rien entendre, il avait déjà repoussé des voisins qui essayaient de lui témoigner de l’Evangile.

Pourtant, Akram vivait un véritable miracle sans même s’en rendre compte : après sa sortie de l’hôpital, il fut orienté vers un spécialiste de la capitale, car il continuait à souffrir de violents maux de tête. En l’examinant, ce médecin ne put en croire ses yeux : un morceau de crâne cassé était enfoncé dans le cerveau d’Akram ! C’était un miracle que celui-ci soit vivant et debout devant lui. Il rend enfin les armes

Il fut opéré et se rétablit très rapidement. Il commençait à se sentir invincible et attribuait cette guérison miraculeuse à sa bonne constitution. Même après deux attaques cardiaques, il ne doutait pas de ses forces. Mais lors de sa troisième attaque, alors qu’il gisait sur le sol à moitié inconscient, Jésus lui-même est venu lui parler : « Tu penses que tu peux tout faire par tes propres forces, alors vas-y, bouge ton bras ». Mais il était paralysé, incapable de bouger. Jésus lui a dit : « Maintenant tu ne peux plus rien faire par toi-même ; mais si tu veux, suis moi et tout ira bien. »

Il accepta enfin de confier sa vie à Jésus, et le pasteur Makset (un des orateurs de notre Week-end annuel 2013 ) ainsi que trois autres chrétiens prièrent avec lui. Pour la première fois, il était traité comme un frère, lui qui s’était senti rejeté toute sa vie. Le bonheur frappe à la porte

Débuta alors un long cheminement de désintoxication et de guérison intérieure, accompagné par des frères. Il priait tous les jours pour que Dieu lui permette de renouer avec sa femme et ses enfants, et un matin il entendit : « Lève-toi et va chez eux, aujourd’hui ils t’ouvriront la porte ».

C’est le père d’Oksana qui a accepté d’ouvrir la porte ce jour-là, rassurant par sa présence sa fille remplie de craintes. Lorsque, cachée dans la pièce à côté, elle entendit son ex-mari demander pardon pour tout le mal qu’il leur avait fait, son cœur fut soudainement rempli de bonheur. Nouveau mariage, nouvelle vie

Ils reprirent contact progressivement, et Oksana était étonnée d’entendre Akram parler si souvent de Dieu. Il avait tellement changé ! Il lui proposa de rencontrer des femmes de responsables d’église, qui expliquèrent à Oksana le message de l’Evangile. Et, elle qui avait toujours cherché l’amour dans le monde parmi les hommes, elle comprit alors que la seule personne qui l’aimait vraiment, c’était Dieu. « J’ai ressenti tellement de joie dans mon cœur, et une grande liberté ! »

Après 5 ans de séparation, Oksana et Akram se sont remariés devant Dieu. Ils sont aujourd’hui tous les deux impliqués dans un ministère pour les parents et leurs enfants sont également devenus croyants. Leur engagement les a conduits à être arrêtés et intimidés par la police plusieurs fois, mais si Jésus lui-même est venu les éclairer, c’est pour qu’à leur tour ils soient lumière et encouragement dans la petite communauté chrétienne si fragile de leur pays !

Prions pour : • Le développement du ministère d’Oksana et Akram, qu’il porte des fruits,
• Leur protection : ils sont surveillés et interrogés régulièrement par la police,
• La protection de tous les chrétiens de ce pays, qui sont sous pression policière permanente

Publié le mardi 7 avril 2015 par Ruth

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Flux des commentaires de cette page