Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


13116 lectures

Délivrée de l'anorexie par Colette Roblès

Colette Roblès
Je suis née dans un milieu où mes parents aimaient Dieu. Je suis née dans un foyer où il y avait beaucoup d'amour et mes parents m'ont beaucoup aimée, d'autant plus que je suis enfant unique.

Très petite, malgré ce bonheur apparent, j'étais triste : je voyais des choses pas belles dans ma vie et je voulais tout recommencer pour que tout soit pur, mais personne ne m'a montré le chemin pour que cela le devienne à cette époque là. Petit à petit je me suis dégagée alors de la pratique religieuse et même de la foi. J'ai tellement rejeté ma foi que je disais à mes parents que je n'avais pas besoin de Dieu ni du diable, "je peux me débrouiller toute seule."..

Alors ce qui s'est passé c'est que les puissances des ténèbres m'ont entendue et ont commencé à s'occuper de moi.
Adolescente j'ai eu une maladie thyroïdienne et j'ai pris beaucoup de poids.
Comme j'étais très gourmande j'avais trouvé une solution : c'était de manger et de me faire vomir : dans ma volonté de maigrir je l'ai d'abord fait une fois puis deux fois par jour, puis cinq fois et puis dix fois et cela pouvait aller jusqu'à douze fois par jour !
Et j'étais mince comme je le voulais, comme j'en avais envie et le Seigneur m'a protégée parce que je n'étais pas vraiment cadavérique comme certaines anorexiques.

Mais un engrenage infernal s'est installé : comme les alcooliques je me disais:
demain j'arrêterai tout, j’attends d'être comme je veux et puis j'arrêterai tout.
Mais je me suis rendue compte que j'étais "ACCRO" . Je ne pouvais plus vivre comme tout le monde.
table_de_gateaux.jpg

J'ai fait des projets de mariage qui ont très vite avorté : j'ai quitté mon presque fiancé car je me suis rendue compte que je ne pouvais vivre une vie normale à cause de ma maladie.
Souvent le soir, je me promenais au bord de la Saône et je me demandais quand le courage me viendrait de me jeter à l'eau pour en finir. Comme beaucoup d'anorexiques et boulimiques j'étais sous la pression d'une pulsion de mort qui creaient en moi de violentes envies de suicide.++.

Et puis dans mon désarroi, j'ai crié à Dieu. Je lui ai dit :
"Si tu existes révèle-toi à moi! en tant qu'être humain j'ai le droit de te connaitre et je ne veux pas te rater si tu existes !"
et à cette époque, j'ai rencontré des hippies qui faisaient la route et l'un deux m'a fait acheter une bible.
J'ai été en contact avec la bible pour la première fois: je connaissais un peu la bible, l'évangile dans mon enfance de par mon éducation catholique, mais, vraiment je ne m'étais jamais plongée dans la Parole de Dieu.

J'étais dans un état intérieur lamentable.
J'étais complètement délabrée.
J'étais vidée de moi-même; je me sentais dans une prison terrible , comme dans une cage avec de verres opaques et je ne pouvais plus communiquer du tout avec qui que se soit .
C'était vraiment une mort intérieure et j'avais décidé de me suicider si quelqu'un me parlait de mon problème.
main_morte_cri.jpg
Parmi mes proches tout le monde le savait mais personne de m'en avait parlé, et le Seigneur m'a gardée car Il savait que j'allais faire le "saut" si on me parlait de ce problème.
Mais j'avais de telles envies de me suicider qu'il m'arrivait de me rouler par terre pour essayer de me détendre, pour m'empêcher de me suicider .
Je n'ai jamais fait de tentatives de suicides (ts), je n'ai jamais joué la comédie avec ça, mais si je m'étais vraiment suicidée, je ne serais pas là aujourd'hui.

Ce soir-là, j'étais dans ma chambre en train de lire la Parole de Dieu et tout d'un coup une joie très fugitive qui m'a transpercée, cela à peut être duré trente secondes, mais cela m'a ébranlée à tel point que je n'ai pas pu dormir de la nuit et moi qui me serais suicidée si on m'avait parlé de mon problème, là j'avais hâte que le jour se lève pour que je puisse parler de mon problème à quelqu'un !
Et je suis allée voir un prêtre.
Et donc le processus de la nouvelle naissance, à cette époque là, s'est mis en route dans ma vie; j'ai vraiment cru que Jésus était mort sur la croix pour nous sauver, qu'Il était mort pour moi, je lui ai demandé pardon et je l'ai invité à entrer dans ma vie.

Mais c'était toujours pareil, je n'étais pas délivrée et j'ai commencé à douter, je me disais que Jésus n'étais pas mort pour mon problème puisque la Bible n'en fait pas mention, mais j'ai continué à cheminer malgré tout et quand on s'approche de Dieu, on a souvent des réparations à faire avec son entourage, et j'avais des comptes à régler avec Maman.
Et donc je lui ai parlé de mon problème et elle m'a dit qu'elle me laissait libre parce qu'elle le connaissait. Elle ne voulait pas me mettre des bâtons dans les roues, elle m'a seulement dit "tu ne recommenceras plus" mais le lendemain, je recommençais car je n'étais pas délivrée !

Et puis mes amis hippies avaient formé une petite communauté dans les Cévennes et ils s'étaient tous convertis les uns après les autres et je leur écrivais:
"Continuez d' évangéliser, je suis sûre que Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie ! Moi je n'ai plus qu'à mourir, mais continuez ce travail que vous faites !"
Et puis finalement, curieuse comme j'étais, j'ai dit tant pis, je joue le tout pour le tout, je vais les retrouver.
Donc je suis partie et j'ai dit à Dieu :
Je ne reviens pas comme je pars, soit Tu me transformes, soit je me suicide. Mais là c'était terminé;
Je voulais quelque chose de radical dans ma vie, je voulais en finir avec mon esclavage.

esperance.jpg
Et là-bas, j'ai eu une certaine paix, qui est venue sur moi et j'ai pu me maitriser devant la nourriture et malgré cela je pense que là j'ai encore eu des envies de suicide terribles, sans doute les plus violentes : heureusement que je n'étais pas toute seule ! E t je pense que Satan mettait le paquet parce qu'il savait qu'il n'avait plus beaucoup de temps à me manipuler !!

Et puis un soir, nous sommes allés dans un réunion de prières et au cours de la prière je n’ai pas vraiment prié et j'ai dit que j'avais donné ma vie à Jésus Christ et tout le monde était content, 'merci Seigneur, alléluia !' et moi j'étais mal, très mal et nous sommes rentrés, c'est moi qui conduisait.
Je ne sais pas ce qu'il m'a pris et je ne le sais pas encore aujourd'hui, je me suis arrêtée et là j'ai été prise de convulsions, j'ai hurlé; je me suis tordue et tout d'un coup le calme est revenu, la paix est venue dans mon cœur, la joie est venue dans mon coeur et j'ai su que j'étais sauvée et j'ai su que j'étais libre au sujet de la nourriture !
joie_silhouette.jpg
Et c'est extraordinaire de voir qu'en présence de Jésus, les démons s'enfuient!!!

Merci à Jésus pour la puissance de la Croix !
Pour moi personnellement, je sais que Dieu m'a secourue comme cela.
J’ai confessé ma foi en Jésus Christ et à partir de ce moment là les démons n'avaient plus rien à faire avec moi et ils sont partis !
Je me suis affermie en Jésus Christ, il y a bien sur eu beaucoup de combats, j'étais tentée d'autant plus que je ne vous ai pas précisé que mes parents tenaient un petit restaurant de campagne alors j'étais aux premières loges car je travaillais avec eux.

Il m'est arrivé de trébucher, mais le Seigneur Jésus m'a toujours relevée et les petites chutes sont devenues de moins en moins fréquentes pour finir complètement.
J'ai vraiment pris ma position en Christ et j'avais envie de faire quelque chose dans ma vie professionnelle et savez-vous ce que j'ai fait -je vais vous faire rire - j'ai agrandi le restaurant de mes parents ! Et je l'ai tenu dix ans à mon propre compte !

Ça c'est la victoire de Dieu !

Les troubles de l'alimentation sont un fléau qui frappent notre génération et si vous connaissez quelqu'un qui passe par ce chemin difficile éventuellement sachez que je suis là et qu'elle peut me contacter, je peux me déplacer, je peux comprendre, je peux prier ,

Et ce que je lui dirai : c'est que Jésus ouvre la porte des prisons et libère les captifs.
porte_ouverte_prison_liberte.jpg

Lien :www.lesvertspaturages.com.

Commentaires

1. Le dimanche 5 avril 2009, 22:40 par Philippe

C'est un témoignage émouvant, qui montre tout simplement que quand on est en Christ, on devient, comme le dit la Parole, une "nouvelle créature" et que "les choses anciennes sont passées". Merci pour la vérité qu'on ressent en lisant ces lignes.

2. Le samedi 17 avril 2010, 14:06 par agnes

Je confirme le témoignage de cette amie sa vie à littéralement changer elle participe à un groupe de femmes "Aglow" pour témoigner, prier, aider moralement d'autres personnes à se dégager de ce fléau. l'anorexie fait non seulement souffrir la personne elle même, mais aussi l'entourage proche qui, impuissant assiste à une autre forme de suicide de la personnalité.e
Voici une prière qui aidera à crier vers le secours qui vient de D'ieu psaumes 107

3. Le jeudi 29 avril 2010, 11:49 par C.D.

Que Dieu permette que ce témoignage soit lu par toutes les personnes qui traversent ce problème grave d'anorexie.
Je vous recommande à la suite de ce témoignage la lecture dans la Bible du Psaume 139 v.1 à 18.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/8

Fil des commentaires de ce billet