Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


774 lectures

La peur - Arsenal nucléaire de puissances démoniaques

 

En ce temps particulier, inattendu et inhabituel, on a le droit de se sentir perdu... mais pas trop longtemps....

En effet en tant que fils et filles de notre Dieu Tout Puissant, nous sommes assis  face à  Jésus, et à la table qu'Il a dressée pour nous enseigner, nous nourrir, tout cela entouré de nos adversaires qui se déchainent  (psaume 23). Nous sommes à l'abri, mais même si nous sommes touchés, la culpabilité n'est pas de mise car Notre Dieu sait ce qui se passe et est au contrôle pour donner le meilleur à ses enfants, même si cela passe par des moments dangereux pour notre vie. Et en apparence combattus, nous retournons au combat renouvelés, fortifiés afin que nous reprenions le "butin" que l'ennemi a volé.

Et voici un extrait du chapitre 3 du livre "Spirit War" de Kris Valloton

 

une_table_dressee_en_face_de_nos_adversaires.jpg

 

Néhémie (Livre de Nehemie chapitres 2-3-4)  a découvert que la peur était le principal détracteur de l'œuvre de Dieu accomplie dans la vie des gens.

La peur est la foi en un faux dieu.

Lorsque nous mettons notre foi en Jésus, nous expérimentons le fruit du Saint-Esprit: «amour, joie, paix, patience, bonté, bonté, fidélité, douceur, maîtrise de soi» (Galates 5: 22-23). Mais lorsque nous écoutons le mauvais esprit, les éléments empoisonnés commencent à se développer sur le buisson épineux de l'anxiété, récoltant une moisson de destruction.

La peur est le péché le plus socialement accepté dans l'Église.

La peur est un tueur en série, le principal suspect de la mort de plus de personnes sur la planète que toutes les autres maladies réunies. La peur sous toutes ses formes a été liée aux maladies cardiaques, au cancer, aux troubles auto-immunes, aux maladies mentales et à de nombreuses autres maladies.

La peur est le tapis de bienvenu à l'activité démoniaque dans nos vies.

Le prophète Ésaïe a écrit: «Vous serez loin de l'oppression, car vous ne craindrez pas» (Ésaïe 54:14). Lorsque nous rejetons la peur, nous vivons en paix. Mais si nous permettons à la peur de s'infiltrer dans nos vies, nous nous retrouvons bientôt opprimés, tourmentés et torturés.

Il est important pour nous de comprendre à quel point Dieu considère la peur de manière critique. Par exemple, le roi David a commis l'adultère avec Bethsabée et a assassiné son mari, Urie, mais Dieu ne lui a pas retiré du trône (voir 2 Samuel 11: 1–27).

Par contre, parce que le roi Saül craignait le peuple que Dieu l'avait appelé à diriger, il a désobéi au Seigneur, et le Seigneur lui a arraché la royauté et l'a donnée à David (voir 1 Samuel 15: 24-26). Certes, l'adultère et le meurtre sont de terribles maux qui peuvent être qualifiés de maux sociaux. Je n'écarte pas cela; J'essaie simplement de souligner à quel point la nature destructrice de la peur passe souvent complètement inaperçue dans la société, même si elle est en train de voler tranquillement notre destin, de tuer nos corps et de détruire nos villes.

Le remède de Néhémie à l’angoisse de son peuple consistait simplement à «se souvenir du Seigneur qui est grand et impressionnant» (Néhémie 4:14).

La peur disloque et défigure notre point de vue sur Dieu, faisant de lui un pion impuissant contrôlé par nos circonstances.

Mais lorsque nous nous re-souvenons du Seigneur et que nous nous re-comptons à nouveau ses œuvres, nous commençons à re-former notre vision de sa grandeur dans nos cœurs. Alors que nous méditons sur sa grandeur, la confiance commence à germer dans le sol de notre foi, et bientôt la chimère de la peur est démasquée, fouettée et obligée de prendre la fuite.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/384

Fil des commentaires de ce billet