Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


717 lectures

SE LEVER AVEC LE CHRIST

 

 

"...parce que nous avons la certitude  que Celui, l'Unique, qui a relevé le Seigneur Jésus, nous relèvera aussi avec Jésus...nous ne perdons pas courage. Quand bien même notre être extérieur se détériore progressivement, notre être intérieur est renouvelé jour après jour. Aussi, les légères afflictions du moment nous préparent pour un poids éternel  de gloire au-delà de toute mesure, parce que nous ne regardons pas aux réalités visibles mais à ce qui ne peut être vu; en effet ce qui est visible est éphémère, mais ce qui ne peut être vu est éternel"

Deuxième Lettre aux Corinthiens, chapitre 4, versets 14, 16 à 18

 

 

 

 

N'est-il pas ironique de constater que lorsque nous nous confinons, nous sommes entourés par ce qui nous est  familier, mais aussi isolé - même enseveli par la distance - de nos proches, de nos voisins et de la communauté? Nous nous demandons ce que l'avenir nous réserve, et notre incertitude se transforme en inquiétude et en désolation à cause de leur éloignement. Les membres de notre famille et nos amis décèderont-ils avant de nous embrasser ? Allons-nous sentir leurs mains dans les nôtres, ou aurons-nous encore une chance de sentir leur joue contre la nôtre? L'absence de proches, surtout à Pâques, est très éprouvante. 

Pourtant, j'imagine que cela a dû être, en quelque sorte, ce que les disciples ont ressenti après que Christ ait été arrêté, crucifié et enterré.

Imaginez surtout ce que ressentaient les femmes disciples du Christ !

Elles étaient séparées de celui dont la présence était la plus réelle, dont l'absence et la mort étaient des plus atroces. C'était le Christ, Lui seul dont on pouvait toujours faire confiance quand Il les touchait. Il n'a jamais dédaigné ni maltraité leurs corps ou leurs contacts. Ce sont les larmes d'une femme qui ont lavé les pieds du Christ et les cheveux dénoués qui les ont essuyés. Ce sont aussi les mains d'une femme qui ont oint sa tête. Son onction sacerdotale a préparé le plus grand roi à son ultime triomphe: la mort sur une croix romaine

Loin de l'amour parfait, les femmes ont vu le Christ mourir d'une mort angoissante vendredi. Son corps a ensuite été enterré, réduit au silence et éloigné de leur contact le samedi. Mais Jésus était actif dans la mort! Descendant vers les morts, le Christ a écrasé la porte de l'enfer et a sauvé ses captifs. C'était une victoire sur le péché qui remontait à Eden, rachetant tout ce qui était perdu: notre harmonie avec Dieu et les uns avec les autres.

Les icônes et les peintures murales de Pâques, appelées Anastasis ou déchirure de l'enfer, commémorent le plus grand moment de l'histoire humaine: le triomphe de Dieu sur le péché et ses conséquences.  

ANASTASIS.jpg
 

.Les images d' Anastasis célèbrent le piétinement par Jésus des portes de l'enfer pour atteindre et sauver Adam et Eve vivants. 

Trop faibles pour se sauver, leur sauvetage et leur libération ne pouvaient venir que du Fils de Dieu. La victoire du Christ sur notre ancien ennemi a donné naissance à une nouvelle création qui, comme la première, était l'œuvre de Dieu, pas la nôtre. 

Une femme, Marie-Madeleine, est la première à rencontrer la nouvelle création du Christ. En fait, elle représente le nouveau monde que Jésus vient de faire.

Abandonnée par les disciples, craignant les dirigeants romains et juifs, et séparée de son parfait Seigneur, le chagrin de Marie la poussa à rester vigilante au tombeau. Le Christ récompense son désir ardent pour Lui. Sa nouvelle création rencontre et éclabousse Mary de manière inattendue. 

C'est à Marie, une femme, que le Christ est apparu pour la première fois. 

Bien que les femmes n'étaient pas considérées comme des témoins fiables dans le monde antique, une nouvelle création était en route pour restaurer ce que le péché avait broyé: la valeur, la dignité et le libre arbitre des femmes. Le Christ dit à Marie: «Va chez mes frères et sœurs et dis-leur: 'Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu'» (Jean 20:17, CEB).

 Marie devient le premier apôtre des apôtres - ceux qui ont déclaré le Christ ressuscité. Fidèlement, Marie va vers les disciples, et ses paroles de Jésus apportent espoir et réconfort alors qu'ils s'abritent derrière des portes closes. Envoyée pour déclarer le pardon et la réconciliation de Dieu, la commission de Marie représente la domination spirituelle des femmes dans la nouvelle création à côté des hommes. C'est un écho de la domination partagée d'Adam et Eve en Eden avant que le péché n'entre dans le monde (Genèse 1: 26-29).

Christ a fait une nouvelle création là où l'ancienne création avait échoué parce que le don de Dieu en Christ n'est pas comme la malédiction du péché (Romains 5:15). La domination masculine (Gen.3: 16), une conséquence du péché, a été conquise en Christ. La désolation de Pâques de Marie a été surmontée par la puissance de résurrection de Dieu. Elle l'a préparée, comme elle nous prépare, à un poids éternel de gloire promis par l'Écriture. La vie ressuscitée inimaginable du Christ est plus réelle que toute désolation que nous connaîtrons jamais. Ainsi, l'Écriture nous incite à prendre courage, à ne pas avoir peur. Parce que comme Marie, nous n'attendons pas ce qui est temporaire ou vu mais ce qui est éternel.

Que la foi de Marie, apôtre des apôtres, nous inspire une vigilance fidèle dans notre confinement. Nous rencontrerons et célébrerons notre Seigneur ressuscité à Pâques au-delà du tombeau. Nous marcherons dans la nouveauté de vie où la mort et l'oppression seront surmontées.

Il est ressuscité. Le Christ est ressuscité. Alléluia!

Au nom du personnel de CBE, nous vous souhaitons une très bénie fête de Pâques. 

Mimi Haddad
Présidente

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/385

Fil des commentaires de ce billet