Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


300 lectures

LE GENIE D'UNE FEMME

Comment une veuve paléochrétienne a voyagé de ses demeures romaines à la crèche où le Christ est né.

 

genius_kirk_0.jpg
 

Sans le travail d'une veuve généreuse, des millions de personnes auraient pu se passer d'une bonne traduction de la Bible pendant des siècles. Cette femme avait une profonde faim de la parole de Dieu, un soin sans bornes pour les nécessiteux, le courage de franchir les frontières culturelles fondées sur le sexe, l'ethnicité et la classe, et la vision de l'Évangile pour mettre les valeurs du Christ avant les valeurs de l'empire. Cette femme étonnante est née à Rome en 347 et morte à Bethléem en 404.

Son nom était Paula.

 

Marcella accueille Paula dans son palais

 

À la mort de Toxotius, Paula, 32 ans, a été submergée de chagrin. Comme Naomi dans le Livre de Ruth qui a non seulement perdu son mari, mais aussi deux enfants, Paula a perdu deux de ses filles au cours des  années suivantes. Elle était déjà une personne droite et riche, mais le deuil l'a conduite à une relation encore plus profonde avec Dieu. Sa foi a été encouragée par Marcella, une autre veuve qui avait 22 ans de plus qu'elle.

Le palais de Marcella sur la colline de l'Aventin était un centre d'étude des Écritures, de prière et de planification du service. Marcella, sa mère Albina et leurs amis Lea et Asella s'y sont réunies avec Paula et ses filles Blaesilla, Paulina, Eustochium et Rufina et se sont engagées à vivre plus simplement et dans la prière. Une autre femme romaine riche de leur groupe, Fabiola, a décidé d'ouvrir des hôpitaux pour aider les malades à Rome. 

Elles vivaient comme les chrétiens dans Actes 2: 44-47, qui partageaient leurs biens matériels, vendaient ce qui n'était pas nécessaire et donnaient à ceux qui en avaient besoin. Elles se sont souvenues de Luc 18:22 dans lequel Jésus a dit à un riche de vendre ce qu'il avait, de distribuer l'argent aux pauvres et de venir le suivre. Alors que la plupart des femmes étaient analphabètes, Marcella et Paula ont été éduquées et ont utilisé leurs capacités pour étudier la Bible.

 

Paula rejoint Jérôme .

 

Jérôme, un homme de Dalmatie qui avait étudié les Écritures dans les pays bibliques, est revenu à Rome en 382. Le pape Damase a employé Jérôme pour traduire la Bible en latin. Cette traduction fut appelée la Vulgate, de vulga , qui signifiait la langue commune des gens qui ne connaissaient pas l'hébreu, le grec et l'araméen des Écritures. La Vulgate était la traduction la plus utilisée de la Bible jusqu'à la période moderne, et elle est encore utilisée aujourd'hui. 

Marcella a invité Jérôme à parler des Écritures dans son «église de la maison». Sur place, il leur a également parlé de la ferveur des moines et des nonnes à l'Est. Jérôme a décidé de retourner à Jérusalem à la mort du pape en 384 (Jérôme n'était pas apprécié à Rome en raison de sa personnalité querelleuse). Paula et Eustochium ont décidé de rejoindre Jérôme et d'aller en Orient pour apprendre à suivre le Christ de plus près. 

Inutile de dire que la famille et les amis de Rome ont critiqué Paula pour avoir abandonné le luxueux palais et se rendre dans les déserts orientaux pour apprendre des religieuses et des moines à suivre le pauvre et simple Christ. La décision de Paula fait écho aux paroles de Paul: «J'ai subi la perte de toutes choses et je les considère comme de la bouse pour gagner le Christ» (Phil. 3: 8). 

Pèlerinage de Paula vers l'Est

 

En 385, Paula, sa troisième fille Eustochium et un groupe de jeunes femmes en prière partent de l'embouchure du Tibre à Ostie. Leur premier arrêt a été l'île de Pontia, où ils ont rendu visite à l'épouse de l'empereur Domitien, qui y avait été bannie pour être chrétienne (bien que le christianisme soit toléré depuis 312, il n'a été érigé en religion officielle de l'empire qu'en 380) .

Paula a cherché à comprendre l'Écriture en faisant l'expérience de son contexte. Ses arrêts de pèlerinage sont comme un atlas de terres bibliques. Elle se rend en Grèce, à Rhodes, en Lycie, à Chypre, à Séleucie en Cilicie, où se trouve le monastère de Thecla (une femme d'Iconium mandatée par Paul pour évangéliser). Elle a rencontré Jérôme à Antioche et ils ont continué leur pèlerinage ensemble. 

Voyageant sur des ânes, ils se rendirent à Bérytus (Beyrouth), par Sidon, Zarephath, Tyr, Ptolemais, Dor, Césarée (qui était connue comme un lieu de nombreux martyrs), Antipater, Diospolis (Lydda), Nicopolis (Emmaüs), Jérusalem, Bethléem, Gaza, Hébron, Jérusalem à nouveau, Jéricho, la fontaine d'Elisée, la vallée d'Achor, Béthel, le mont. Ephraim, Shiloh, Neapolis ou Schechem. Ils ont grimpé le mont. Gerizim et visité Nazareth, Capharnaüm, le lac de Tibériade et Naim. 

Du nord de la Palestine, ils ont probablement voyagé en Egypte par bateau. Ils se sont arrêtés à Socoth, tout comme Egeria, une autre célèbre pèlerine. Ensuite, ils se sont rendus à Alexandrie et dans les centres monastiques voisins de Nitria et Scete. En raison de la chaleur intense, ils ont navigué de Pelusium dans le coin nord-ouest du Sinaï à Maioma. Cet itinéraire étendu et le climat accidenté seraient épuisants aujourd'hui, sans parler des difficultés de voyager à dos d'âne sur des terres désertiques et en bateau sur des mers imprévisibles. 

Paula et Eustochium ont écrit à Marcella en 392, la pressant de quitter Roman et de venir apprendre avec eux en Terre Sainte. Bien que leur lettre puisse sembler être une liste de lieux géographiques, c'est en fait une invitation à tomber plus profondément amoureux du Christ en priant à travers les textes bibliques associés à chaque lieu: 

Le jour n'arrivera-t-il jamais où nous entrerons ensemble dans la grotte du Sauveur, et pleurerons ensemble dans le sépulcre du Seigneur avec sa sœur et avec sa mère? Alors nous toucherons de nos lèvres le bois de la croix, et nous nous lèverons dans la prière et nous résoudrons sur le Mont des Oliviers avec le Seigneur ascendant. Nous verrons Lazare sortir lié avec des vêtements graves, nous regarderons les eaux du Jourdain purifiées pour le lavage du Seigneur…
Si seulement vous veniez, nous irons voir Nazareth, comme son nom l'indique, la fleur de Galilée. Non loin de Cana sera visible, où l'eau a été transformée en vin. Nous nous dirigerons vers Tabor et y verrons les tabernacles que le Sauveur partage non pas, comme Pierre le souhaitait, avec Moïse et Élie, mais avec le Père et le Saint-Esprit. De là, nous arriverons à la mer de Gennesaret, et quand nous y verrons les endroits où les cinq mille étaient remplis de cinq pains et les quatre mille avec sept. La ville de Nain rencontrera nos yeux, à la porte dont le fils de la veuve a été ressuscité ... Nos yeux regarderont aussi Capharnaüm, la scène de tant de signes de notre Seigneur - oui, et de toute la Galilée d'ailleurs. Et quand, accompagnés de Christ, nous aurons fait notre chemin de retour vers notre grotte à travers Silo et Béthel, et ces autres endroits où les églises sont érigées comme des normes pour commémorer les victoires du Seigneur, alors nous chanterons de bon cœur, nous pleurerons abondamment, nous prierons sans cesse. Blessé du puits du Sauveur, nous nous dirons l'un à l'autre: «J'ai trouvé celui que mon âme aime; Je le tiendrai et ne le laisserai pas partir. » (Lettre 46) *

Paula s'installe à Bethléem

 

Paula a été profondément émue par Bethléem et le lieu de naissance de Jésus. Dans sa lettre à Marcella, Paula a décrit l'endroit comme une leçon de valeurs évangéliques. Sa référence au «misérable labeur des misérables condamnés» révèle sa compassion pour les esclaves qui étaient le fondement de l'économie impériale. Elle a opposé les demeures romaines comme celle qu'elle a laissée derrière elle, qui dépendait du travail des esclaves, à l'humble lieu de naissance du Christ:  

[L] et nous passons maintenant au chalet-auberge qui abritait Christ et Marie. Avec quelles expressions et quelle langue pouvons-nous mettre devant vous la grotte du Sauveur? Le décrochage où il a pleuré comme un bébé peut être mieux honoré par le silence; car les mots ne suffisent pas à dire ses louanges. Où sont les spacieux portiques? Où sont les plafonds dorés? Où sont les demeures meublées par le misérable labeur des misérables condamnés? Où sont les salles coûteuses soulevées par l'opulence sans titre pour que le corps vil de l'homme entre? Où sont les toits qui interceptent le ciel, comme si quelque chose pouvait être plus fin que l'étendue du ciel? Voici, dans cette pauvre crevasse de la terre, le Créateur des cieux est né; ici, il était enveloppé dans des langes; ici, il a été vu par les bergers; ici, il a été signalé par l'étoile; ici, il était adoré par les sages. (Lettre 46)     

 

Paula a décidé de s'installer à Bethléem et elle y a vécu pendant vingt ans jusqu'à sa mort. Sa fille et son entourage formaient le cœur d'une communauté religieuse. Aujourd'hui, nous les appellerions «sœurs». Paula a commencé à attirer des femmes de différentes classes et provinces pour les rejoindre. Elle a utilisé sa richesse pour soutenir des communautés monastiques pour les femmes et une pour les hommes, auxquelles Jérôme a adhéré.

Jérôme a décrit comment Paula et les sœurs ont partagé et travaillé ensemble:

«À l'aube, aux troisième, sixième et neuvième heures, le soir et à minuit, elles récitaient le Psautier chacune à son tour. Aucune sœur n'était autorisée à ignorer les psaumes, et toutes devaient tous les jours apprendre une certaine partie des Saintes Écritures… »(Lettre 108). 

Après leur retour du culte du dimanche dans l'église voisine de la Nativité, chaque sœur a reçu des tâches pour la semaine, telles que l'aide aux pauvres, la cuisine, la couture ou le nettoyage. 

Alors que la plupart d'entre nous n'ont pas le luxe de se joindre à d'autres dans une chapelle de couvent cinq fois par jour pour prier les psaumes, nous pouvons apprendre à laisser la conscience de Dieu et la louange de Dieu saturer les heures de nos jours et de nos nuits. Alors que les psaumes se tournent vers Dieu dans l'espérance, le désir, la peur, la joie, la confusion et surtout la gratitude, nous pouvons apprendre à apporter chacune de nos émotions très humaines au Saint. 

Dans sa lettre exhortant Marcella à quitter «Babylone» - les fausses idoles de la richesse et du pouvoir romains - et à venir en Terre Sainte, Paula a décrit sa nouvelle maison en Palestine comme un lieu de simplicité et de prière: 

Mais, comme nous l'avons dit plus haut, dans la chaumière du Christ, tout est simple et rustique: et à l'exception du chant des psaumes, il y a un silence complet. Partout où l'on tourne l'ouvrier à sa charrue chante alléluia, la tondeuse peineuse se réjouit de psaumes, et le vigneron pendant qu'il taille sa vigne chante l'un des laïcs de David. Ce sont les chansons du pays; ceux-ci, en termes populaires, ses idiots d'amour: ce sont les sifflets du berger; ceux-ci le cultivateur utilise pour aider son labeur. (Lettre 46)

L'héritage de Paula

 

Jérôme n'aurait probablement pas terminé la traduction de la Bible sans l'aide de Paula. Sa richesse l'a subventionné pendant des années et des années de traduction, sa charmante personnalité a couvert une partie de son impolitesse, et certains érudits disent qu'elle a contribué à la traduction et à la révision. Jérôme n'a jamais reconnu cela, mais dans l'histoire du Lausiac, l'historien Palladius a écrit à propos de Paula: 

Un certain Jérôme de Dalmatie se dressait sur son chemin, car elle était bien capable de surpasser tout le monde, étant le génie d'une femme. Il l'a contrecarrée avec sa jalousie et l'a convaincue de travailler à ses propres fins. (Écrivains chrétiens anciens 34, p. 118)

La plupart de ce que nous savons de Paula vient de l'épitaphe de Paul de Jérôme, qu'il a écrite pour sa fille Eustochium à sa mort. Il a salué les nombreuses vertus de sa bienfaitrice, et bien qu'il n'ait pas révélé combien elle aurait pu aider avec la Bible, il a loué sa connaissance de l'hébreu:

Alors que moi-même, en tant que jeune homme, j'ai acquis avec beaucoup de labeur et d'efforts acquis partiellement la langue hébraïque et que je l'étudie sans cesse de peur que je ne la quitte, elle peut aussi me quitter; Paula, en décidant qu'elle aussi l'apprendrait, réussit si bien qu'elle pouvait chanter les psaumes en hébreu et parler la langue sans laisser la trace de la prononciation propre au latin. La même réalisation peut être vue à ce jour dans sa fille Eustochium… »(Lettre 108) 

En plus de sa maîtrise de l'hébreu, Paula a également étudié le grec et son père était d'origine grecque. 

Jérôme a reconnu que Paula était tout aussi déterminée dans sa gentillesse et sa générosité que dans son étude des Écritures:

Comment dois-je décrire sa gentillesse et son attention envers les malades ou les merveilleux soins et dévotion avec lesquels elle les a soignés? Pourtant, même si les autres étaient malades, elle leur accordait librement toute l'indulgence…, lorsqu'elle tombait malade elle-même, elle ne faisait aucune concession à sa propre faiblesse et semblait injustement changer dans son cas à la dureté la gentillesse qu'elle était toujours prête à montrer. aux autres. (Lettre 108) 

Il a également salué la capacité de médiation de Paula: «Lorsque les sœurs se sont disputées, elle les a réconciliées avec des paroles apaisantes» (Lettre 108).

Paula est décédée à 56 ans et a été enterrée dans une grotte à côté de la Nativité du Christ. Jérôme a décrit ses funérailles comme étant suivies par chaque moine et vierge en Palestine. Le rassemblement a duré une semaine entière:

Les évêques ont soulevé la morte de leurs propres mains, l'ont placée sur une bière, et la portant sur leurs épaules jusqu'à l'église de la grotte du Sauveur, l'ont couchée au centre de celle-ci… Comme dans le cas de Dorcas , les veuves et les pauvres montraient les vêtements que Paula leur avait donnés, tandis que les indigents criaient à haute voix qu'ils avaient perdu en elle une mère et une nourrice. (Lettre 108) 

Conclusion

 

Dans les temps anciens, les femmes avaient rarement l'occasion de devenir des érudits bibliques. Les hommes pouvaient «s'asseoir aux pieds d'un rabbin» pour étudier les Écritures, mais les femmes devaient se concentrer sur les tâches ménagères. Jésus a invité les femmes au-delà de ces stéréotypes de genre et à étudier les Écritures lorsqu'il a invité Martha à s'asseoir à ses pieds, pour étudier les Écritures comme sa sœur Marie. La «meilleure part» ne doit pas être cachée aux femmes (Luc 10). Paula a suivi cette tradition. 

Paula avait vécu au centre de l'empire et de ses valeurs. L'empire romain a dominé d'autres terres et peuples à son propre avantage. La richesse et le confort ont été construits sur l'esclavage des autres. Aujourd'hui, les chrétiens sont appelés à réfléchir à la manière dont nous pourrions profiter injustement des autres. Nous n'avons qu'à commencer à regarder les étiquettes sur nos vêtements. Nous sommes liés par ces fils aux femmes du monde entier. Sont-ils économiquement asservis? 

Que pouvons-nous apprendre de Paula sur l'échange des valeurs de l'empire contre les valeurs du Christ qui se souciait des pauvres et des petits, qui donnerait sa vie, mais ne prendrait pas la vie d'un autre?

 

 

Martha Ann Kirk (CCVI, Th.D.) est professeur d'études religieuses à l'Université du Verbe incarné. Elle a également été chercheuse à l'Institut œcuménique Tantur de Jérusalem et mène régulièrement des voyages d'étude dans les pays bibliques.

Image d'espace réservé

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/386

Fil des commentaires de ce billet