Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


240 lectures

Capitaine Marvel et la montée des femmes guerrières : une réponse au désir de Dieu

 par Kelly Ladd Bishop 

 

"Desiring God" a publié un article (rédigé par Greg Morse) déplorant le film à succès Capitaine Marvel, et en particulier son « agenda féministe ». Selon Morse, l'idéologie féministe « contraste  sans vergogne avec la réalité » qu'elle ne peut être soutenue que dans un univers alternatif. Morse écrit :

 « Verset après verset, histoire après histoire, fait après fait, étude après étude, exemple après exemple dissipe le mythe de la similitude entre les sexes. L'univers alternatif où un accident imprègne l'héroïne de pouvoirs surhumains semble cependant être une excuse raisonnable pour l'agenda féministe.

C'est un argument classique de l'homme de paille : des études disent que les hommes et les femmes ne sont pas exactement les mêmes. Par conséquent, l'agenda féministe est une mythologie qui ne convient qu'à un univers alternatif fictif. Pourtant, Morse ne cite en fait aucune étude, aucun verset, aucune histoire ou aucun fait qui « dissipe le mythe de la similitude entre les sexes ». Et la réalité est que cela n'a pas d'importance - parce que cela n'a jamais été sa véritable critique.

Morse dit lui-même que le film parle de l'héroïne trouvant son « identité en tant que femme ». Il cite la présidente de Marvel Studios comme disant qu'elle est une femme qui a été empêchée de « pouvoir poursuivre le genre de choses qu'elle voulait poursuivre ». Des choses qu'elle, une femme, voulait poursuivre. Il s'agit d'apprendre à vivre dans son identité et à surmonter les limites artificielles placées sur elle simplement à cause de son sexe. Elle n'essaye pas d'être la même que les hommes ; elle essaie d'être elle-même !

Les arguments de Morse contre ce qu'il perçoit comme un argument en faveur de la similitude des hommes et des femmes dans Capitaine Marvel découlent d'un désir de croire qu'aucune femme n'est jamais appelée et douée pour être combattante, dirigeante ou guerrière et que protéger les autres est le rôle sacré et exclusif de Hommes. Mais la Bible elle-même contredit cela dans le livre des juges.

Deborah était juge sur Israël, dirigeant une nation entière et son armée. Elle était très appréciée et aucun mot négatif n'est écrit à son sujet dans les Écritures. Deborah a régné sur Israël et a été choisie par Dieu pour conduire les Israélites à la liberté.

Et puis nous voyons une autre femme leader féroce dans le texte. Dieu a livré le commandant de l'armée ennemie dans la tente d'une femme nommée Jael. Jael a conduit un piquet de tente à travers le temple du commandant ennemi. Lorsque le commandant de l'armée de Deborah se présente plus tard à la recherche du commandant ennemi, Jael lui dit qu'elle a l'homme qu'il cherche.

Deborah et Jael ne négligeaient pas leurs « rôles » de femmes, ni n'essayaient de devenir comme des hommes. Elles vivaient toutes les deux dans leur identité de femmes fortes et faisaient exactement ce que Dieu les appelait à faire ! Ils auraient échoué s'ils avaient laissé les frontières artificielles les retenir ! Le sort d'Israël à cette époque dépendait du fait que ces femmes étaient les leaders féroces, sages et fortes qu'elles étaient !

Morse poursuit en écrivant : « Alors que je considère la nouvelle représentation de la féminité de Disney dans Capitaine Marvel, je ne peux m'empêcher de pleurer. Le chemin parcouru depuis l'époque de la Belle au bois dormant et de Blanche-Neige » (ces exemples ont depuis été supprimés).

Morse semble considérer ces contes de Disney comme bibliques, mais quand je considère la représentation des femmes par Disney dans des histoires comme La Belle au bois dormant et Blanche-Neige, je déplore à quel point l'image culturelle des femmes s'est éloignée de l'histoire de Dieu ! Et je suis reconnaissant de voir des femmes dépeintes dans des films comme Capitaine Marvel comme les héros que Dieu les a conçues.

Dans la Belle au bois dormant, la princesse Aurore est littéralement inconsciente lorsque le prince la trouve et l'embrasse. Les questions de consentement mises à part, Aurore est complètement et totalement impuissante, sans même une voix pour parler d'elle-même. Elle n'est vraiment rien de plus qu'un accessoire pour la majorité de l'histoire. Dieu a-t-il conçu les femmes pour qu'elles ne soient rien de plus qu'un accessoire ?

Dans Blanche-Neige, la pauvre princesse est empoisonnée par la méchante reine et considérée comme morte. Elle est même placée à l'intérieur d'un cercueil en verre, et n'est ramenée à la vie que par un baiser du prince (encore une fois sans le consentement d'une femme inconsciente). Et il est à noter que le méchant dans chacun de ces films est également une femme.

Que l'auteur présente ces deux films comme des exemples d'une norme perdue de la féminité qui mérite d'être déplorée est préoccupant. Pourquoi ? Parce que les femmes dans ces histoires semblent n'être guère plus que des accessoires. Les hommes sont les vrais héros. Les hommes ont l'aventure. Les hommes sauvent la situation. Les femmes ne sont guère plus que des corps exposés, attendant d'être embrassées. J'espère que Morse n'essaie pas réellement de dire que les femmes devraient être des accessoires dans les histoires des hommes, mais je pense aussi que l'inclusion de ces contes de fées communique ce message.

Morse poursuit en disant que le grand mal du féminisme envoie les femmes à la guerre pour mourir, alors que seuls les hommes devraient se battre. Les femmes devraient vraisemblablement rester allongées, attendre que les hommes gagnent la guerre et viennent leur donner la vie. Il affirme alors :

Mais en effet, peu d'actions témoignent de notre volonté d'honorer nos femmes plus que de les exclure du carnage du champ de bataille. Où pouvons-nous afficher plus clairement notre détermination ultime à aimer nos femmes en tant que reines plutôt qu'à entrer en enfer sur terre en tant que pions sacrificatoires pour leur défense ? Génération après génération, elle a mobilisé ses hommes pour être dévorés - que ses femmes pourraient ne pas l'être.

Premièrement, je suis désolée qu'il semble voir la perte d'hommes comme moins grave que la perte de femmes. Créées à l'image de Dieu, la vie des hommes et des femmes est également sacrée. Deuxièmement, qu'il le veuille ou non de cette façon, l'utilisation du pronom possessif « nos femmes » semble suggérer que les femmes sont des possessions.

Morse dit que les femmes sont trop précieuses pour se battre, les hommes doivent donc assumer le rôle de héros et de protecteur. Il oppose ensuite cet idéal à « l’agenda féministe », qu'il considère comme désireux que les femmes se battent et meurent à la guerre. Mais ce que le féminisme dit en fait, c'est que, bien que la guerre soit une horrible réalité du monde brisé dans lequel nous vivons, certaines femmes sont douées et appelées à être des combattantes. Et plutôt que de préconiser des rôles sexospécifiques stricts, nous devrions simplement remercier les femmes compétentes qui servent chaque jour dans l'armée, utilisant leurs dons, leur force et leur sagesse pour essayer de rendre le monde plus sûr pour tous. 

Morse écrit que notre gouvernement « envoie nos filles - dépouillées des explosions de photons et de la capacité de voler - pour mener nos guerres. Mais pour autant que je sache, notre gouvernement n'envoie pas nos filles dans des batailles qu'elles n'ont pas choisi de mener. Ils permettent simplement aux femmes fortes, courageuses, talentueuses et capables de se battre pour leur pays si elles choisissent (et sont capables) de se battre.

Morse pense qu'il est « honteux » pour les hommes de «se cacher derrière leurs femmes ». Mais il ne considère pas que les hommes et les femmes sont peut-être plus forts lorsqu'ils se battent ensemble. Morse dit que c'est la gloire d'un homme de mourir pour les femmes. Mais j'espère que Morse sait que sa gloire réside dans son identité d'enfant de Dieu, et non dans sa capacité à se battre ou à mourir au nom du sexe opposé. Et ce qui plaît à Dieu, c'est la recherche de la justice, la miséricorde aimante et la marche humble avec Dieu (Michée 6 : 8).

Morse termine en déclarant que l'histoire de Dieu est celle d'un « Fils qui a tué un dragon pour sauver une épouse. Jésus n'a pas présenté sa femme, et nous ne devrions pas non plus. Mais il semble oublier qu'il n'est pas Jésus. Il est la mariée.

Jésus a donné sa vie pour nous tous également, hommes et femmes. Il a ensuite habilité les hommes et les femmes avec le Saint-Esprit, nous élevant à faire de grandes choses par sa puissance et en son nom (Actes 2 : 17-18). Et nous sommes tous appelés à donner notre vie les uns pour les autres. Cela signifie souvent découvrir et cultiver la force chez les autres, y compris les femmes.

La principale dichotomie qui anime l'article de Morse est la force / le pouvoir des hommes et l'impuissance contrastée des femmes. Ce n'est évidemment pas une vision biblique des relations homme-femme. Les Écritures illustrent clairement le partenariat, l'égalité et l'utilisation égale et gratuite des dons (Gal. 3 :28). Ainsi, au lieu d'élever les contes de fées de Disney comme des illustrations de l'idéal de Dieu, nous devrions nous tourner vers la Bible, où nous trouvons d'innombrables exemples de femmes héros qui ont répondu à l'appel de Dieu et ont utilisé leurs dons librement pour rendre le monde plus sûr.

Ce serait une grande perte pour le monde si toutes les femmes fortes et douées traînaient dans des cercueils en verre attendant d'être sauvées. Personne ne devrait gaspiller les cadeaux qui lui ont été faits à cause de limites artificielles. Si, au lieu de nous restreindre, nous choisissons de nous construire les uns les autres, en nous aidant les uns les autres à découvrir nos dons et nos forces, nous élèverons nous aussi de grands héros comme Deborah. Et ce sera bien. 

Crédit photo Marvel Studios.  

traduit de https://www.cbeinternational.org/resource/article/mutuality-blog-magazine/captain-marvel-and-rise-women-warriors-response-desiring

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/396

Fil des commentaires de ce billet