Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


1246 lectures

L'Esprit Sans Préjugés

 
Galates 3-4 nous enseigne que nous devons lire la Parole de Dieu avec le Souffle de Dieu   qui élimine les barrières, les présupposés et le préjugés. Une lecture rafraichissante !!

 

pexels-pixabay-459198_spirit_dove.jpg

 

 

 

"Maintenant, avant l'arrivée de la foi, nous avons été emprisonnés et gardés sous la loi jusqu'à ce que la foi soit révélée. Par conséquent, la loi était notre discipline jusqu'à la venue du Christ, afin que nous puissions être justifiés par la foi. Mais maintenant que la foi est venue, nous ne sommes plus soumis à une discipline, car en Jésus-Christ, vous êtes tous enfants de Dieu par la foi. Beaucoup d'entre vous qui ont été baptisés en Christ se sont revêtus de Christ. Il n'y a plus de juif ou de grec, il n'y a plus d'esclave ni de libre, il n'y a plus de mâle et de femelle; car vous êtes tous un en Christ Jésus. Et si vous appartenez à Christ, alors vous êtes la progéniture d'Abraham, héritiers selon la promesse. Mon argument est le suivant: les héritiers, tant qu'ils sont mineurs, ne valent pas mieux que les esclaves, bien qu'ils soient propriétaires de tous les biens; mais ils restent sous tuteurs et fiduciaires jusqu'à la date fixée par le père. Donc pour nous, tant que nous étions mineurs, nous étions esclaves des esprits élémentaires du monde. Mais lorsque la plénitude des temps fut venue, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, afin que nous puissions être adoptés comme enfants. Et parce que vous êtes enfants, Dieu a envoyé l'Esprit de son Fils dans nos cœurs criant: «Abba! Père!" Ainsi vous n'êtes plus un esclave mais un enfant, et si vous êtes un enfant alors vous êtes aussi un héritier, par Dieu" (Gal 3: 23–4: 7 NRSV) 

Année 1591, en Écosse. Une femme nommée Eufame MacLayne est enceinte de jumeaux et accouche. Le travail est difficile, éprouvant physiquement et émotionnellement. C'est douloureux, si douloureux qu'elle supplie les sages-femmes de les soulager. Par compassion, elles lui administrera  un puissant analgésique. Elle accouche de ses bébés. Le choix des sages-femmes nous semble raisonnable, mais au XVIe siècle, il était illégal d'utiliser des analgésiques pour l'accouchement.

Les autorités ecclésiales apprennent ce crime et amènent la jeune mère, toujours en convalescence, devant un tribunal. Son crime? Essayer d'atténuer la malédiction de Dieu sur les femmes. Dieu a mandaté dans Gen 3:16 que les femmes, en raison de leur péché de manger le fruit, devraient souffrir pendant l'accouchement, et comment Eufame MacLayne a osé être tellement obsédée par sa propre liberté et son autonomie corporelle qu'elle s'absoudrait du châtiment de Dieu sur son sexe ! Le tribunal de l'église l'a jugée coupable. Sa punition n'était pas un simple ticket de parking: elle a été brûlée sur le bûcher. Laissez cela pénétrer une seconde.

Dans Gn 3: 16, la douleur de la femme lors de la procréation est accrue, et c'est un signe de la déchéance de notre existence. L'Église du XVIe siècle a estimé qu'il était de son devoir de faire respecter la malédiction, d'imposer notre déchéance, d'imposer les conséquences du péché. Je trouve cela tragiquement étrange. On pourrait penser que c'est le devoir et le plaisir de l'église de défaire la malédiction. On pourrait le penser!

Remarquez aussi dans Gn 3:16 que, du fait que l'homme et la femme choisissent d'aller contre Dieu, se blâmant l'un envers l'autre, nos vies en tant qu'individus sexués sont gâchées par la concurrence et, malheureusement, par le patriarcat: « ton désir se portera sur ton  mari, et il dominera sur toi»(Gn 3: 16b NRSV). L’unité d'une seule chair dans Gn 2, 24 est rompue par le péché: plutôt que  la mutualité : la hiérarchie; plutôt que la réciprocité :la domination.

Malheureusement, de nombreuses églises à ce jour considèrent qu'il est de leur devoir, tout comme l'église l'avait fait à l'époque d'Eufame MacLayne, d'appliquer la malédiction, en érigeant des barrières pour les femmes dans le ministère et en refusant de reconnaître les femmes à la direction, que ce soit à la maison, à l'église ou dans les affaires ou des établissements d'enseignement.

Année 1860. L' Amérique est au bord de la guerre civile entre le Nord et le Sud, en grande partie sur la question de l'esclavage. La Convention baptiste avait déjà éclaté en mille morceaux, car le Nord interdisait aux candidats propriétaires d'esclaves baptistes du Sud de faire un  travail de missionnaire. Les prédicateurs baptistes du Sud défendaient le droit de posséder des esclaves comme biblique, et de plus, le droit de posséder des esclaves noirs, arguant qu'ils ont la peau sombre et, par conséquent, sous la malédiction de Ham. Une fois de plus, l'Église a ressenti le devoir de faire appliquer les conséquences du péché, plutôt que de les annuler.

Les églises du Nord, dirigées par des baptistes comme Francis Wayland, ont soutenu que les Écritures doivent être lues à travers la conscience, qui juge inacceptable de posséder un autre être humain. Le Sud y voyait du libéralisme; la Bible a l'esclavage. «La Bible le dit, cela règle la question.»

Le Sud, comme le montre l'histoire, a perdu la guerre civile; les esclaves ont été libérés. Pourtant, à la suite de cette défaite, de nombreux dirigeants du Sud ont afflué dans les rangs du KKK et ont procédé de nuit à des intimidations brutales et à des lynchages. On estime que 5000 lynchages se sont produits au cours des décennies suivantes.

Nous, Canadiens, aimons parler de nos voisins américains, mais la ville d'Halifax raconte ses propres injustices. En 1960, ceux qui vivaient dans la communauté d'Africville ont vu leur maison et leur église détruites au bulldozer et ont été déplacés de force pour que le pont MacKay puisse être construit.

Au nom du progrès économique, les terres et les maisons des marginalisés sont toujours considérées comme un prix raisonnable.

Nous sommes en 2020. Je me rends au travail aujourd'hui, et à la radio, j'entends parler de la lutte des indigènes Wet'suwet'en pour savoir si un pipeline peut traverser leurs terres. Si les Wet'suwet'en étaient blancs, serions-nous si impatients d'ignorer leur voix?

La mentalité dédaigneuse de nombreux Canadiens reflète une vieille habitude du colonisateur qui est venu justifiée par la doctrine de la découverte: si les explorateurs trouvaient une terre non gouvernée par des seigneurs chrétiens, c'était leur droit et leur devoir de prendre possession de cette terre pour l'absorber dans la chrétienté.

Il était de leur devoir de « re-culturer » les résidents autochtones dans la culture chrétienne; la folie tragique de ceci est évidente pour nous dans les quelque 6000 enfants qui sont morts dans la misère et les abus du système des pensionnats indiens.

Je voudrais vous dire que ces choses horribles ont été faites par des gens impies, par ceux qui ne connaissent pas la Bible. La réalité est beaucoup plus décevante: tous ces actes ont été perpétrés par ceux qui ont cité des chapitres et des versets pour justifier leur injustice. Cette vérité rend ce message d'autant plus urgent aujourd'hui. Cela rend le travail de vos études, la sainte fraternité que je vois dans cette salle, d'autant plus nécessaire. [Ce sermon a été prêché pour la première fois dans une chapelle de séminaire.] Comme nos yeux sont éclairés par le Saint-Esprit, la Bible ne doit jamais être lue comme autorisant les préjugés et les injustices que l'Écriture elle-même défie.

Nous devons lire la Parole de Dieu avec le souffle (vent) de Dieu.

Ce sermon ne doit pas être isolé, car il y a tellement de passages que des chrétiens bien intentionnés ont invoqués pour mettre fin à l'engagement des Écritures en faveur de l'égalité des femmes: Ep 5, 1 Co 11 et 14, 1 Tim 2. Je crois que plusieurs de ces textes ont souvent été lus hors contexte, mais je n'ai pas le temps d'expliquer chacun d'eux maintenant. Néanmoins, j'espère vous faire comprendre la nécessité de lire la Parole de Dieu avec le souffle de Dieu, l'Écriture par l'Esprit: «car la lettre tue, mais l'Esprit donne la vie», dit Paul (2 Co 3, 6 NRSV).

Nous devons lire la Parole de Dieu avec le souffle de Dieu. Les mots prononcés sans souffle ne seront rien d'autre qu'un murmure muet dans ce monde. Ou, comme William Newton Clarke, l'un des premiers théologiens baptistes à considérer l'égalité biblique pour l'ordination des femmes, l'écrit dans son petit mémoire profond, Soixante ans avec la Bible : «J'avais l'habitude de dire que la Bible me ferme là-dessus, je réalise maintenant que l'Esprit des Écritures m'ouvre. » 1 J'espère imprimer cela en vous aujourd'hui.

Pourquoi? Parce que le Saint-Esprit a ouvert Paul, à Damas d'abord, puis en Galatie, comme nous l'avons entendu dans le texte du sermon d'aujourd'hui.

Alors que l'Église primitive s'étendait au-delà de la Judée, les apôtres virent que la portée de l'Esprit dépassait leur portée. Le livre des Actes montre les merveilleux récits de l'Esprit, perturbant et troublant, stimulant et poussant l'église à tendre la main.

En Galatie, nous voyons des Gentils arriver à la foi en Jésus-Christ et vouloir faire partie des communautés existantes de chrétiens juifs. Mais cela a créé un problème: si les Gentils voulaient faire partie du peuple de Dieu, un groupe que Paul a appelé les Judaïsants a insisté sur le fait qu'ils devaient devenir juifs (Ga 2:14).

Comment devenez-vous juif? En vous soumettant à la loi, qui commence dans sa quintessence, la circoncision. Comme l'a souligné le théologien Markus Barth, la circoncision était le premier problème racial de l'église. 2 Ici , un commandement religieux devient une question raciale. Juif: circoncis donc pur; Gentils: incirconcis donc impurs.

Comment l'Esprit a-t-il ouvert Paul? Il s'est rendu compte que l'Esprit est sans préjugé.

Parce que l'Esprit est sans préjugé, nous sommes justifiés par notre foi.

«Avez-vous reçu l'Esprit en faisant les œuvres de la loi ou en croyant ce que vous avez entendu?» (Gal 3: 2 NRSV). Avez-vous fait quelque chose pour que Dieu vous aime, ou Dieu vous aimait-il et vous deviez simplement lui faire confiance?

Les Gentils qui n'étaient pas circoncis, qui ne voulaient pas vivre les 613 lois de l'Ancien Testament ou devenir juifs par la circoncision, avaient néanmoins l'Esprit venu sur eux.

Nous devons noter que Paul n'a pas de problème à obéir à ce que Dieu a commandé. Les gens oublient que Paul dit en fait à Timothée d'être circoncis afin d'être un ministre plus efficace auprès du peuple juif (Actes 16: 3). Premièrement, Timothée 1: 8 dit: «nous savons que la loi est bonne, si l'on l'utilise légitimement» (NRSV). L'obéissance n'est pas le problème; utiliser la Bible pour justifier l'oppression et l'inégalité l’est.

Si vous obéissez à la lettre de la loi de manière à vous persuader que c'est la raison pour laquelle Dieu vous favorise et pourquoi vous êtes meilleur que les autres, pourquoi cela renforce votre privilège et votre supériorité, vous permettant de «dominer» les autres, vous obligez la loi à faire quelque chose qu'elle n'avait jamais eu l'intention de faire. Et c'est ce que faisaient les judaïsants. Paul répond: «Personne n'est justifié devant Dieu par la loi;" car "Celui qui est juste vivra par la foi" »(Gal 3:11 NRSV). Il cite l'Ancien Testament ici (Hab 2: 4). C'est ce que la loi est censée nous rappeler. Faites confiance à la miséricorde de Dieu; ayez confiance en ce que fait l'Esprit de Dieu. C'est ce qui nous qualifie pour être le peuple de Dieu. C'est ce qui fait de vous un enfant de Dieu. 

Paul fait alors quelque chose de profond. Tout comme Jésus transgresse la lettre pour accomplir son esprit, dit Paul, si c'est ainsi que vous allez utiliser la circoncision, alors je mets fin à cela. C'est fait. Nous ne parvenons souvent pas à apprécier à quel point cela est radical.

Dietrich Bonhoeffer a dit un jour: «La question paulinienne de savoir si la circoncision est une condition de justification me semble dans les termes actuels être celle de savoir si la religion est une condition du salut.» 3 Voilà comment radical, progressiste et révolutionnaire est Paul.

La circoncision est considérée comme l'ordonnance éternelle dans la Genèse (Gn 17:13). Mais cela a empêché de connaître Jésus. Et si cela entrave l'amour de Dieu, si cela entrave ce que l'Esprit faisait. . . eh bien, la circoncision n'a pas fait la coupure (jeu de mots prévu!).

Paul a remis en question le centre même de sa religion juive au nom de l'amour de Jésus-Christ. Frères et sœurs, nous devons nous demander, allons-nous suivre l'Esprit, même si cela signifie aussi abandonner notre religion? Je l'espère.

Parce que nous sommes justifiés par l'Esprit sans préjugés, nous devons éliminer toutes les barrières comme le fait l'Esprit de Dieu.

Au l’apogée de l'épître aux Galates, Paul propose ce puissant manifeste: «Il n'y a plus de Juif ou de Grec, il n'y a plus d'esclave ni de libre, il n'y a plus de mâle et de femelle; car vous êtes tous un en Christ Jésus. Et si vous appartenez au Christ, alors vous êtes la progéniture d'Abraham, héritiers selon la promesse »(Ga 3: 28-29 NRSV). Les Juifs et les Gentils sont égaux en Christ. Par conséquent, la restriction physique de la circoncision, qui divise les deux, est supprimée au nom de ce que fait l'Esprit.

Dans Galates, l'acte de l'Esprit est sans préjugé dans l'octroi du don du salut; par elle, nous crions «Abba Père» (Ga 4, 6). Dans 1 Co 12, Paul donne le même manifeste avant d'énumérer les dons du salut. Verset 13: «Car dans un seul Esprit nous avons tous été baptisés en un seul corps - Juifs ou Grecs, esclaves ou libres - et nous avons tous été faits pour boire à la source d'un seul Esprit» (NRSV). Sautez à 1 Cor 12, 28 où il énumère le résultat de la consommation d'un seul Esprit: «Et Dieu a nommé dans l'église au premier rang les  apôtres, au second les prophètes, au troisième les enseignants; puis des actes de puissance, puis des dons de guérison, des formes d'assistance, des formes de leadership, diverses sortes de langues »(NRSV).

Remarquez que l'apostolat est dans cette liste, et notez que le leadership est également dans cette liste. Si l'Esprit est sans préjugé en accordant le don du salut, selon cette même logique, l'Esprit est sans préjugé en donnant les dons du salut.

L'égalité du don et des dons fait partie intégrante de la logique de la justification par la foi. Vous ne pouvez pas avoir l'un sans l'autre. Parce que nous croyons que l'Esprit a amené les Gentils dans le peuple de Dieu, nous ne pouvons pas nous empêcher de croire que l'Esprit appelle aussi n'importe qui, sans distinction de race, de sexe ou de statut, à diriger son église. Vous ne pouvez pas avoir l'égalité sans justification, et vous ne pouvez pas avoir de justification sans égalité. Le don et les dons ne font qu'un, car le corps du Christ est censé être un.

Ce serait une grave erreur de jugement de penser que, simplement parce que Paul travaille dans une société avec l'esclavage, il n'essaye pas de subvertir l'esclavage. Ce serait une erreur de jugement tout aussi grossière de penser que, simplement parce que Paul travaille dans une culture qui considérait les femmes comme des subordonnées, ses écrits n'essaient pas non plus de renverser cela.

L'église n'a pas bien fait de remarquer cela, mais l'Esprit est sans préjugé, et c'est pourquoi les barrières physiques à cette nouvelle humanité doivent tomber.

Des interprètes de Martin Luther à des commentateurs récents comme Ronald Fung se sont contentés de dire que ce manifeste ne concerne que l'égalité spirituelle. Dans la foi, les esclaves et les personnes libres sont spirituellement égaux, bien que l'un possède l'autre; les hommes et les femmes sont spirituellement égaux, bien que les femmes soient subordonnées aux hommes. En d'autres termes, les barrières à l'égalité dans nos corps n'ont pas d'importance.

Cela ne prend pas en compte la nature corporelle de la circoncision. Et si vous n'avez pas l'impression que la circoncision a quelque chose à voir avec l'égalité corporelle, les hommes, vous n'avez qu'à vous demander: si un bulletin d'église disait que vous deviez être circoncis pour être membre, vous sentiriez-vous vraiment les bienvenus? La question de l'égalité est essentiellement une question corporelle.

L'égalité des femmes, l'égalité raciale, l'égalité économique, elles sont toutes différentes et doivent être abordées de différentes manières, mais elles sont liées. Nous ne pouvons pas avoir l'égalité pour l'un sans l'égalité pour l'autre. Pourquoi? Nous sommes tous humains. Nous n'avons pas choisi la peau dans laquelle nous sommes.

Je n'ai aucun contrôle sur les circonstances de ma naissance. J'aurais pu naître femme; J'aurais pu être né natif ou noir; J'aurais pu naître dans un pays ravagé par la corruption; J'aurais pu naître avec une déficience intellectuelle ou une maladie mentale grave. Laissez-moi vous pousser plus loin: j'aurais pu être né avec le syndrome du chromosome XXY et tomber en dehors de la binaire de genre. J'aurais pu naître avec une carence en testostérone, et donc être une femme corporelle mais un homme chromosomique. C'est extrêmement rare, et nos discours politiques ont sûrement exagéré cette discussion, mais le fait demeure: je n'ai pas choisi la peau dans laquelle je suis.

Si tel est le cas, avec les barrières sociales qui existent aujourd'hui, les stéréotypes, nous devons tous nous demander, si cela pouvait être moi, comment voudrais-je être traité? L'égalité biblique, l'empathie et la conscience doivent guider notre interprétation, car Paul dit plus tard dans Galates, toute la loi est résumée en un seul commandement: «Aime ton prochain comme toi-même» (Ga 5, 15).

Et si nous ne le faisons pas, comme l'a dit un jour Desmond Tutu, «Si je vous diminue, je me diminue moi-même ». C'est parce que j'aurais pu être toi. «Nous nous ressemblons beaucoup plus que nous ne sommes différents.» 4

Certains voient les différences raciales et de genre comme la raison des barrières sociales; la Bible voit ces différences comme ce qui nécessite le dur travail de réciprocité dans l'église. Nos différences de race, d’ethnie et de culture rendent la nouvelle humanité d’autant plus belle.

Le coût de l'égalité biblique en vaut la peine.

Il y a plusieurs années, au cours de ma première année en tant qu'étudiant dans une université biblique à prédominance complémentaire, j'ai écrit un article sur les raisons pour lesquelles un certain professeur égalitaire devrait être renvoyé pour son libéralisme. (Un mot au sage, n'écrivez jamais un article sur les raisons pour lesquelles un professeur devrait être congédié!) Mon professeur dans ce cours (pas celui que je voulais congédier) m'a gracieusement demandé de réécrire cet article.

Pourtant, quand j'ai suivi plus tard un cours de ce professeur égalitaire, je l'ai trouvé capable de donner des réponses douces et articulées concernant les Écritures que je lui citais, de sorte que je me suis trouvé convaincu. Et c'est un bon conseil pour tout le monde car nous avons ces conversations: soyez doux et patient. Connaissez vos Écritures.

Le professeur a finalement été licencié de son poste, et nous, les étudiants, avons soupçonné que cela était dû à ses convictions. Quand cela s'est produit, je savais que cela aurait des conséquences pour moi alors que je commençais à devenir pasteur. Lorsque j'ai rencontré les dirigeants de l'association ministérielle avec laquelle j'étais impliqué pour discuter du financement d'une implantation d'églises, les discussions sur le ministère se sont transformées en théologie, et le dirigeant a voulu savoir si j'étais entièrement avec eux ou si je ne l’étais pas.

J'aurais pu garder le silence. Notre premier enfant, Rowan, venait de naître. Je faisais des études doctorales à plein temps, travaillant dix heures par semaine en tant qu'AT, dix heures par semaine en tant que coordonnateur de la soupe populaire, vingt heures par semaine en tant que stagiaire en implantation d'églises. Ma femme, Megan, était retournée à l'école pendant son congé maternité pour améliorer son diplôme d'enseignement ainsi que la « croix rouge » le soir. Nous réussissions de justesse.

Mais je savais que je ne pouvais pas rester silencieux. Je ne pourrais pas vivre avec moi-même si je reniais ma conscience et mes convictions. Le chef de l'association a été clair: suivez la ligne du parti ou faites réduire votre financement. J'ai supplié cet individu pendant plusieurs heures en vain: «Pourquoi ne pouvons-nous pas centrer l'unité de notre dénomination et comment nous évangélisions sur la base de quelque chose comme la Trinité, qui est Dieu? » J'insistais. Sa réponse choquante a été que les rôles de genre sont plus importants pour l'Évangile que la Trinité. Malheureusement, pour de nombreux chrétiens, c'est effectivement le cas.

Cette nuit-là, j'ai dit à Megan que j'allais devoir relancer mon CV et quitter la famille confessionnelle dans laquelle mon grand-père était un pasteur fondateur. Après l'envoi de dizaines de curriculum vitae sans rappel, aucune église ne souhaitant embaucher un étudiant au doctorat, la First Baptist Church de Sudbury, Ontario, a finalement appelé.

Avec le recul, c'était un petit coût par rapport aux femmes que je connaissais et qui étudiaient dans cette université biblique, seulement pour réaliser qu’elles n’avaient aucune chance qu'une église ne les prendrait jamais, peu importe leurs talents, leurs passions ou leurs foi.

Il y a encore du travail à faire. J'ai récemment reçu un message d'une femme me souhaitant bonne chance, et elle a mentionné qu'elle parlait avec son église des raisons pour lesquelles elle pouvait avoir des femmes pasteurs. Je me rends compte que je n'aurai jamais à faire ça. Je n'aurai jamais à justifier ma profession ou ma vocation à cause de mon sexe. C'est précisément pourquoi je dis cela maintenant.

Mais ce fut une expérience merveilleuse de pasteur d'une église qui soutenait depuis longtemps les femmes dans le leadership, cultivant une communauté réfléchie et ouverte d'esprit. Pourtant, je peux aussi vous dire que si notre dénomination soutient l'égalité biblique en principe, elle a encore un long chemin à parcourir dans la pratique.

Qu'il s'agisse de l'ordination des femmes ou de la réciprocité dans le mariage, de la justice raciale, de la réconciliation autochtone, de l'hospitalité aux réfugiés, de la dignité plutôt que du dégoût pour les minorités sexuelles, ou de la recherche d’ aider ceux qui font face à la pauvreté avec le soutien matériel qu'une personne faite à l'image de Dieu mérite, chacun de ceux-ci était une lutte hebdomadaire dans le pastorat.

À chaque nouveau visage autour de l'église se posait la question de savoir quelle théologie toxique, à moitié cuite et recherchée sur YouTube-Google, ils apportaient avec eux. Beaucoup, j'ai trouvé, ont construit leur foi entière pour rester en sécurité. Beaucoup aiment justifier les barrières sociales avec les Écritures. De nombreux chrétiens aiment traiter le Nouveau Testament comme le deuxième Ancien Testament, dirons-nous.

Il y a ce moment dans la préparation du sermon où vous savez que l’illustration que le texte demande va bouleverser les membres importants de l'église qui sont droits dans leurs bottes et chaque mois vous savez que le budget de l'église tient par la peau de ses dents. Il est facile de ne pas parler de ces questions et d'offrir aux gens un évangile confortable et spiritualisé.

J'ai été heureux et honoré de voir First Baptist Sudbury bien grandir au cours de mes cinq années là-bas, mais je sais que cela s'est également accompagné d'un sermon après l'autre où tel ou tel n'était pas là la semaine suivante, tout cela pour découvrir qu'ils ne n'aiment pas être «poussé sur ces questions», et finalement sont partis  à l’autre église de la ville.

J'ai également trouvé dans le pastorat que tout autant de femmes étaient opposées à l'égalité biblique que les hommes. Pour certaines, la notion de restriction signifie qu'elles n'ont pas à être responsables et à ne pas s'inquiéter. L'idée que Dieu pourrait les appeler à quelque chose de plus risqué, de plus vulnérable et de plus désordonné. . . eh bien, la subordination signifiait la sécurité. Après tout, les Israélites voulaient retourner en Egypte, n'est-ce pas?

Proclamer la parole de Dieu nous coûtera. Cela nous coûtera dans une culture qui s'est fractionnée en tribus d'intérêt personnel. Cela nous coûtera encore plus cher, pasteurs, car nous « pastorons » des églises qui ont trop souvent créé des cultures adaptées.

Je crains que beaucoup veuillent ignorer cette conversation sur l'égalité biblique, sans parler de notre devoir de la respecter. Et d'un point de vue mondain, pourquoi devrais-je, en tant qu'homme occidental, anglophone, blanc, hétéro, de la classe moyenne être invité à abandonner quelque chose pour des gens que je ne connais pas? On pourrait dire: «Le privilège des Blancs? La vie est dure pour moi aussi, tu sais! » Si la liberté est le point des droits, pourquoi abandonnerais-je ma liberté pour les droits d'autrui?

Mais pour Paul, ce n'est pas sa ligne de pensée, et cela ne peut pas être la nôtre. Son soutien à l'égalité raciale et des sexes parmi tous les croyants est fondé sur le Dieu qui a pris notre chair, «né d'une femme, née sous la loi» (Ga 4, 4). Un Dieu qui a renoncé à sa liberté pour que nous puissions être libres - égaux et libres, à la fois dans les affaires de société et dans les réalités entrelacées telles que le renouveau spirituel, la sanctification et la justification.

Nous sommes égaux parce que la barrière du ciel et de la terre a été brisée, parce que le Roi est devenu esclave, parce que le Saint a pris notre malédiction, le Béni du Ciel a pris notre croix, parce que le Juste est devenu péché, parce que le Premier est devenu le dernier, parce que Dieu a enlevé toute barrière entre Dieu et le pécheur avec son corps même, de sorte que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dirigeants, ni les choses présentes, ni les choses à venir. . . ni rien d'autre dans toute la création ne peut nous séparer de l'amour de Dieu; à cause de cela, nous sommes un; nous sommes libres; nous sommes sauvés; nous sommes bénis; nous sommes considérés comme le peuple de Dieu, considérés comme des enfants de Dieu, héritiers du royaume des cieux lui-même. Vivre cela est notre appel en tant qu'Église du Christ sans barrières de genre, raciales et socio-économiques.

Dieu a porté la croix pour que nous puissions être libres, et maintenant nous devons porter nos croix pour que les autres puissent connaître cette liberté. L'égalité nous coûtera, mais je sais aussi qu'il y a tellement plus à gagner quand nous voyons des églises qui embrassent tous les dons de l'Esprit sans distinction de race, de sexe ou de statut. C'est alors que le royaume brille d'autant plus clairement à travers la belle mosaïque du corps du Christ. Le coût en vaut la peine.

Parce que la nouvelle création est sans barrières de genre, de race ou de classe, Paul est capable de dire, je suis prêt à endurer les épreuves, la faim, la persécution, le péril, même l'épée, pour rendre cette égalité possible pour un autre, en particulier pour ceux que ce monde a oublié. Il est capable de dire que pour lui, vivre est pour Christ, et mourir était un gain. Le coût en vaut la peine.

Puissions-nous mourir à nous-mêmes aujourd'hui et puissions-nous embrasser une nouvelle vie en Christ. Que ce soit le cas pour nous aujourd'hui et demain.

Remarques

1. William Newton Clarke, Soixante ans avec la Bible: un récit d'expérience (Charles Scribner's Sons, 1909) 97–98.
2. Markus Barth, «Juifs et païens: le caractère social de la justification chez Paul», JES 5/2 (printemps 1968) 241–67.
3. Dietrich Bonhoeffer, Letters and Papers from Prison, éd. Eberhard Bethge (Macmillan, 1972) 281.
4. Citation du professeur bien-aimé de l'Acadia Divinity College, Charlie Taylor, qui a intégré ce dicton à son programme d'aumônerie en prison. Beaucoup de ceux qui ont entendu ce sermon prêché auraient connu l'origine et la signification de la citation.

 

    by Spencer Miles Boersma 

 

https://www.cbeinternational.org/resource/article/priscilla-papers-academic-journal/spirit-without-prejudice

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://radio.vie-fm.fr/BlogRadio/index.php?trackback/393

Fil des commentaires de ce billet